Courriel et/ou mot de passe invalide. Réessayez ou cliquez sur le lien « mot de passe oublié ?».
Veuillez entrer une adresse électronique valide.
Veuillez saisir un mot de passe valide
Menu Back

Connéxion Associès aux ventes

À l’université, j’avais un ami qui répondait au nom de Roman Roth et qui avait grandi à Berlin.
Il était grand, blond et il roulait lui-même ses cigarettes. Dans les histoires qu’il me racontait, Berlin était une ville empreinte d’une grande liberté, voire parfois d’un certain hédonisme anarchique. À l’époque, ma petite amie et moi-même projetions régulièrement de nous y rendre. Ayant grandi au Canada, j’avais une vision totalement romancée de l’Europe. J’ai fini par m’installer à Berlin en 2014.
 
J’apprécie énormément la culture des « Kiez » (micro-quartiers) de Berlin. Chaque quartier possède son atmosphère propre, et beaucoup d’habitants sortent peu de leur Kiez, en particulier au cœur de l’automne et de l’hiver. Chaque quartier de Berlin se distingue par son architecture. En pleine rigueur de l’hiver, l’univers de Berlin peut sembler parfois dystopique, mais c’est aussi ce qui fait sa beauté. De gigantesques bâtiments d’habitation d’architecture soviétique côtoient de belles maisons anciennes de type Altbau avec leurs façades ornées, aux côtés des monuments Bauhaus. Si la ville peut parfois sembler austère, d’une certaine façon cela fait aussi son charme.
 
Mon Kiez est situé à proximité de Tempelhof, un aéroport abandonné qui a depuis été transformé en parc public. L’été, je ne manque jamais une occasion de m’y rendre à vélo. C’est un pur bonheur de circuler au milieu de la piste avec le vent dans le dos.
 
Dans votre Kiez, il est essentiel d’entretenir de bonnes relations avec votre « Späti », ou bodega, kiosque, épicerie du coin, quel que soit le petit nom que vous lui donnez dans votre ville. Les Spätis sont le cœur battant des quartiers de Kreuzberg et Neukölln, en particulier l’été, lorsque les trottoirs bondés font office de bars en plein air. Les jeunes qui fréquentent les clubs sont reconnaissables à leurs baskets usées. Après avoir emménagé à Berlin, j’ai tout simplement renoncé à tenter de garder mes baskets intactes. —Chris Danforth
 
La Gucci Tennis 1977 est aujourd’hui disponible dans le monde entier. 
En savoir plus ^
Chris Danforth immortalise la basket Gucci Tennis 1977 dans les rues de Berlin à l’occasion d’un article publié sur highsnobiety.com.À Berlin avec la basket Gucci Tennis 1977
Mot de passe oublié
Veuillez saisir l'adresse électronique fournie lors de votre inscription, et nous vous enverrons un lien de réinitialisation du mot de passe.
Envoyer
Mot de passe oublié
Veuillez saisir l'adresse électronique fournie lors de votre inscription, et nous vous enverrons un lien de réinitialisation du mot de passe.
Envoyer
Mot de passe oublié?
Veuillez saisir l'adresse électronique fournie lors de votre inscription, et nous vous enverrons un lien de réinitialisation du mot de passe.
Merci
Un e-mail contenant des instructions pour réinitialiser votre mot de passe a été envoyé à l’adresse